Rechercher sur ce blogue

dimanche 7 février 2016

Écrire une trilogie… Mes réflexions...


Quand j'ai publié le tome 1 de la trilogie Oneida, l'écriture du tome 2 était terminée. J'avais même fait le plan du tome 3. Mais, j’ai tellement dû retravailler ce premier tome pour qu’il soit à la hauteur du second que je me suis demandé : «Pourquoi il n’était pas, dès le départ, aussi bien que le tome 2?» Voici mes réflexions sur le sujet…

Est-ce une question d’expérience?
Oui, mais seulement en partie. Je crois que, même si l’écriture du premier tome avait eu dès le départ la même qualité que celle du tome 2, j’aurais tout de même dû le retravailler plus que le second. Ça n'explique donc pas tout...

Est-ce une question de plan?
Le plan du premier tome était beaucoup moins détaillé comparé à celui du second. Après avoir terminé l’écriture du tome 2, je me suis aperçue à quel point cela a fait une différence. Je trouvais que le tome 1 contenait des détails inutiles qui alourdissaient le texte. J’avais aussi omis d’autres détails utiles à la fluidité de l’histoire. Globalement, je trouvais l’histoire du tome 2 mieux ficelée, j’avais l’impression que celle du tome 1 n’était pas décousue, mais disons... moins solide. Avoir un plan détaillé m’a aidée à ne pas m’y perdre et à donc savoir exactement où j’allais. 

Est-ce en raison de l’intrigue?
J’entends par intrigue, tous les évènements de l’histoire que le lecteur lit, sans comprendre complètement. Normalement, bien des évènements, à première vue sans lien commun, finissent par s'unir pour prendre tout leur sens. Et alors, le lecteur comprend tout. Dans la trilogie Oneida, il y a une intrigue propre à chacun des tomes, mais également une intrigue de base de la trilogie. Cette intrigue est plutôt complexe et je dois constamment garder tous les détails en tête durant l'écriture pour m’assurer de la cohérence des évènements. Quand le roman prend des mois à écrire (oui, des mois, parce qu’après tout j’ai autre chose à faire…), tous ces détails sont difficiles à retenir. C'est pourquoi je les écris dans mon plan. Mais, l'intrigue propre au tome 1 est-elle moins complexe ou moins intéressante que celle du tome 2? Je n'en ai pas l'impression...

Est-ce une question de manque de vision globale?
Quand j’ai commencé à écrire le tome 1, je n’avais pas vraiment une trilogie en tête. Je voulais juste écrire cette histoire. Après le tome 1, j’ai bâti l’histoire du 2. Pendant l'écriture du 2, le tome 3 prenait de plus en plus forme dans ma tête. C'est en travaillant sur le plan du 3 que j'ai trouvé une façon de tout expliquer les mystères du premier tome. J’aurais peut-être dû y songer avant de commencer à écrire le tome 1. Ça m'aurait sûrement aidé. En connaissant mieux la direction que prenait l'histoire, ça aurait eu un impact sur les descriptions, les détails que je donnais, la cohérence, etc. Oui, je crois que le manque de vision globale s'est ressenti au travers du récit du tome 1...

Conclusion
Si vous lisez un jour le premier tome d'Oneida, vous n’y verrez que du feu, puisque je l’ai retravaillé en conséquence. Mais ce que je dis, c’est que l’expérience m’a appris, que si un jour je réécris une série de romans, je prendrai d’abord le temps de mieux penser et développer les détails de l'intrigue de base. Et, cette intrigue, je l’écrirai dans un plan détaillé pour avoir une meilleure vision globale. Parce qu’après tout, il s’agit de l’intrigue de base et que, par définition, une base est une fondation sur laquelle repose quelque chose... ici, toute l’histoire de la trilogie.

4 commentaires :

  1. Bonjour, je comprends tout à fait car en relisant les deux romans que j'ai écrit et qui sont des suites le premier m'a déçu par rapport au second. Je dirais que c'est certainement dû au fait que l'on évolue entre les deux et que ce sont les textes suivant qui bénéficient de cette évolution.Ou alors on devient plus critique en tout cas ça nous fait avancer. Bonne continuation.
    Sandrine :)

    RépondreEffacer
  2. J.K.Rowling avait écrit un cahier complet avec le plan général pour chacun de volumes de Harry Potter, avant même d' entamer la rédaction du premier. Et il est évident que cela se voit, lorsque l'on relit une 2eme fois la saga et que l'on trouve dès le premier tome (!!) des indices sur la fin de l'histoire complète (indices que l'on ne peut évidemment pas comprendre si on ne connaît pas cette fin, d'où la nécessité de relire la saga...). Elle savait exactement où elle allait!!! Et moi, je trouve cela extraordinaire! J'ai vu aussi des épreuves publiées sur internet de ses tableaux d'élaboration d'intrigue, chapitre par chapitre. C'est absolument incroyable! Plus je réfléchis, et plus je me dis que je devrais procéder de cette façon pour mon 2eme roman... Mais j'avoue avoir du mal à m'y mettre parce que j'aime travailler au feeling.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Intéressant! Je ne le savais pas.
      Pour ma part, le plan m'est essentiel! Mais j'ai dû, en quelques sortes, l'apprivoiser... Celui de mon tome 3 est encore plus élaboré que celui du tome 2! Je trouve que ça facilite ensuite l'écriture, en m'évitant plusieurs blocages auxquels j'ai déjà réfléchis! Si tu l'essaies, tu risques d'y prendre goût! ;)

      Effacer

Articles au hasard

Blogger