vendredi 1 avril 2016

La petite bibite noire


Aujourd’hui, j’avais envie d’écrire quelque chose d’un peu différent et de plus personnel, en lien avec ce que je vis en ce moment. En fait, j’ai pas mal hésité à le publier, mais j’ai décidé de me lancer, alors j’espère que vous apprécierez!

Je voulais vous parler de cette petite bibite noire qui nous visite parfois et devient vite désagréable lorsqu’elle reste trop longtemps! Et elle ne s’attarde pas seulement chez l’écrivain, non! Mais elle a tendance à un peu trop affectionner ce dernier… Je parle ici de la démotivation, du manque de confiance, du doute. Ça vous dit quelque chose? Peut-être même êtes-vous déjà passé par là… Pour ma part, la vie m’a fait don d’un incroyable cadeau, celui de savoir me relever de toute épreuve. Bien sûr, pour apprendre à me relever, j’ai dû tomber plusieurs fois! Mais à travers les obstacles que j’ai surmontés, la vie a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, quelqu’un qui a le réflexe de voir l’espoir au-delà des difficultés, et de continuer à avancer! Je crois qu’en fait, il s’agit de détermination… Alors si vous me le permettez, j’aimerais partager avec vous un peu de cette détermination qui m’habite. Qui sait, elle sera peut-être contagieuse!

Alors, comment ne pas se laisser emporter par cette insidieuse bibite noire?

D’abord, cesser d’écouter vos doutes… Ce n’est pas aussi facile à faire quand on vient d’envoyer son petit bébé de roman à des éditeurs, et que là, on attend impatiemment! Euh… Ce ne serait pas mon cas, ça, par hasard? (Oui justement ;) ) Et naturellement, qu’êtes-vous porté à faire durant cette attente? Écrire votre prochain roman? Oui, d’accord, mais pour cela, vous devez d’abord combattre la petite voix du doute qui se crée au plus profond de votre tête. Enfin… pas si profondément que ça. En fait, elle n’a même vraiment rien de subtil! Elle est là et nous demande si notre roman est aussi bon qu’on le pense. Après tout, il est peut-être très mauvais et aucun de nos bêta-lecteurs n’a osé nous le mentionner! Non? 

Ça me rappelle les légendes des sirènes des mers qui attirent les marins par leurs chants pour ensuite mieux les noyer. Eh bien, les doutes sont comme les sirènes. Il est facile d’écouter leur complainte, mais plus on le fait, plus on s’enfonce dans nos doutes et plus on risque de s’y noyer! Alors, comment continuer son petit train-train quotidien en les ignorant?

Je vous dirais de trouver la force de croire en vous. Il se peut qu’effectivement votre roman ne soit pas excellent ou qu’il ne plaise pas à un éditeur, d’accord, mais en sachant cela, quelles sont vos options? Laisser tomber ou travailler encore plus fort? 

Vous pouvez aussi vous répéter quelque chose de positif, aussi souvent que nécessaire, en fait, jusqu’à ce que vous y croyiez! Et alors, les doutes se feront de plus en plus discrets… jusqu’à peut-être même ne plus les entendre du tout!

Ensuite, passez en mode action! Demandez-vous : « Comment puis-je améliorer ce qui ne va pas? » Trouvez une solution, retroussez vos manches et recommencez! Moi, c’est dans l’action que je retrouve la motivation d’avancer et la confiance en mes capacités. Vous croyez que Léonard de Vinci n’a eu besoin que d’une seule idée et d’un seul essai pour réussir? Je ne crois pas. Je crois que chaque essai et chaque critique peuvent nous pousser à aller encore plus loin. Il s’agit de savoir en tirer du bien. 

La démotivation, le manque de confiance en soi et le doute peuvent donc être sains et positifs s’ils vous permettent d’évoluer, d’apprendre, de vous améliorer. Alors, je vous souhaite grandement de trouver cette force en vous, si ce n’est pas déjà fait! Allez au bout de vos rêves et de votre imagination! Vous êtes la seule personne pouvant écrire votre roman selon votre vision! Vous êtes donc la personne idéale! Alors à vos crayons… ou plutôt, à votre clavier!

10 commentaires :

  1. C'est délicat comme réflexion. Pendant 10 ans j'ai laissé tomber l'écriture en vue de publication parce que je me disais que ça n'avait pas le niveau. Alors que le niveau est tout relatif.

    Au final, le secret que j'ai trouvé, c'est de commencer par petit: une histoire simple mais dynamique, sans trop de personnages, sans trop d'intrigue, un peu comme un dessin animé (pour adulte) ou un récit pulp. Et franchement, ça marche.

    Le mieux est l'ennemi du bien et faire le plus simple possible, au moins quand on débute l'écriture, ça aide.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci Dorian pour ce bon conseil! Ceux qui me connaissent me disent souvent la même chose! Ma volonté, parfois un peu trop forte, fait que je démarre presque toujours mes projets (autre que l'écriture) avec un peu trop d'intensité. Pour ma trilogie, il semble que j'ai agi de la même façon! Au départ, je ne voulais qu'écrire une histoire comme je les aime, avec une intrigue et des personnages comme j'aime. Je n'avais pas l'intention d'écrire une trilogie! Ce pourquoi, bien sûr, j'ai dû énormément corriger ce premier roman (jusqu'à ce que son écriture me plaise). Avec le tome 2, que j'ai également terminé, j'ai maintenant l'impression d'avoir écrit 10 livres (réécrit au complet plusieurs fois le tome 1)! J'ai hâte de terminer cet ambitieux projet que j'ai commencé, mais le prochain sera peut-être plus modeste... J'ai vraiment hâte que ma famille, mes collègues et tous mes proches qui sont intéressés à lire mes romans, les lisent! Malgré tout, commencer fort m'a obligé à travailler encore plus fort pour arriver au point d'en être satisfaite, et tout ce travail m'a énormément appris! Au final, ça n'a été que bénéfique! :)

      Effacer
    2. En même temps je dis ça, mais mon histoire "simple" se transforme aussi en trilogie. Mais ça faisait moins peur au début et les risques de se décourager étaient bien moindres.

      Mais si tu as réussi à avancer sur un projet ambitieux dès le début, c'est encore mieux !

      Effacer
    3. Pour moi aussi, ça me faisait moins peur au début puisque je pensais n'écrire qu'un roman. Mais en cours d'écriture, je me suis aperçue qu'il serait mieux de poursuivre l'histoire... Et ce passe-temps s'est transformé en rêve!
      Je ne peux pas dire que je suis aussi rapide que toi à écrire! Un point que j'admire d'ailleurs beaucoup chez toi! Mais je me rends compte que plus j'écris, plus cet aspect s'améliore chez moi.
      Merci pour tes commentaires! J'aime beaucoup partager avec d'autres écrivains! :)

      Effacer
  2. Je suis quelqu'un d'optimiste moi aussi, même si parfois les moments de doutes viennent me titiller j'aime ce que je fais et je n'ai aucune envie d'arrêter là. Si mes premiers écrits ne plaisent pas alors les autres plairont peut être. De toutes façon, l'écriture et les goûts de ce qu'on écrit évoluent avec le temps. Je suis d'accord avec Dorian, je me suis mise à écrire des histoires plus courtes récemment et je trouve que je m'en sors mieux. C'est moins fastidieux. Et si tu avais besoin d'une beta lectrice supplémentaire n'hésite pas à demander, ce sera avec plaisir :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, je le réalise maintenant. Avoir su, je me serais probablement lancé dans quelque chose de plus court. Mais puisque j'ai commencé à écrire ma trilogie, je veux la terminer avant de me plonger dans autre chose. Pour moi, c'est plus facile ainsi, pour éviter de me perdre dans la complexité et les détails de mon intrigue.
      Merci pour ta généreuse offre de bêta-lectrice! Je te ferai signe au besoin! :) :) :)

      Effacer
  3. D'après moi,on ne choisit pas toujours ce que l'on écrit... On se ressemble beaucoup je me suis retrouvée dans beaucoup de points que tu décrits. Moi aussi j'ai rédigé un premier roman réécrit dix fois, et moi aussi j'attends les réponses des éditeurs... Et comme toi, je suis déterminée et plutôt optimiste. Mais j'ai aussi eu des moments de doutes, c'est évident. Surtout, tiens-nous au courant pour les éditeurs, hein!! ;) Bonne chance!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci! Je ne manquerai pas de vous informer de mes péripéties avec l'édition! :) Et je me suis abonnée à ton blog via blogger pour être au courant des tiennes! On se croise très fort les doigts! :)

      Effacer