mardi 2 février 2016

La recherche derrière l’histoire

Vous n’avez pas idée du nombre de recherches que j’ai effectuées pour ma trilogie… Je sais, je suis peut-être zélée. N’empêche que chaque recherche a ajouté un + à l’histoire. Ça la rend bien sûr plus crédible, puisque j’ai l’air de savoir de quoi je parle! Je trouve que ça aide aussi à la cohérence du scénario, peut-être encore parce qu’après plusieurs lectures sur le sujet, je sais finalement vraiment de quoi je parle! 

Chaque tome de ma trilogie se déroule dans un lieu géographique différent. Ce lieu a donc un climat qui lui est propre, une faune et une flore qui lui est aussi propre. J’ai toujours voulu que mon roman soit le plus réaliste possible, même s’il est quelque peu fantastique. J’aimerais que le lecteur puisse croire que c’est vrai, même si c'est inventé… Alors oui, je consulte les archives météo de cet endroit, je fais des recherches sur la faune et la flore, parce que l’histoire se passe plutôt en dehors des villes… Ça ne s’arrête pas là! Je consulte même les cartes avec images satellite et données topographiques, et Google map street view! Ce dernier est merveilleux, car je peux décrire l’environnement comme si j’y étais moi-même allée! 

Dans mon roman, l’héroïne expérimente de nouvelles activités, elle apprend de nouvelles choses, et chaque fois, c’est moi qui l’ai d’abord appris! Je vous donne un exemple. Pour le tome1, l’héroïne apprend comment prendre soin des chevaux, j’ai donc dû apprendre moi-même… J’ai fait des recherches sur l’anatomie du cheval, son comportement, son langage non verbal, comment le panser, comment le monter, je me suis renseignée sur les écuries et j’ai validé les termes avec des gens qui connaissent ce domaine. Je me suis aussi basée sur ma petite expérience personnelle des 2 ou 3 fois où j’ai eu la chance de monter à cheval… Ces nombreuses recherches n’étaient pas dans le but de toutes les énumérer dans mon texte par la suite. Ça serait alors trop théorique, lourd et on en perdrait la magie. Mais elles ont été une base solide sur laquelle construire un scénario plausible et des descriptions réalistes. Zélée? Peut-être… Mais je reste convaincue que sans ces recherches, mon texte n’aurait vraiment pas été à la hauteur! 

Et vous, qu’en pensez-vous?

4 commentaires :

  1. Et tu as évidemment raison. Je travaille de la même façon. J'ai écrit de nombreux passages avec Google map street view... que ce soit pour le décor ou pour l'ambiance de l'endroit.
    Le personnage principal de mon roman vit à Greenwich Village, à NY, ille ^ù je n'ai jamais mis les pieds...!!! Mais j'y ai choisi sa rue, sa maison, les boutiques qu'il fréquente, le parc où il fait son jogging, et le café-restaurant où il retrouve son meilleur ami, etc... Idem pour l'époque 39-45, où je me suis "gavée" de photos et de documentaires d'époque.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Contente de savoir que je ne suis pas la seule zélée à ce sujet! ;)

      Effacer
  2. Tout pareil ! Mon tome 1 se passait à San Francisco et je n'y ai jamais mis les pieds, autant dire que j'ai du faire des recherches. Mais pas que, j'adore explorer des univers inconnus, surtout dans le domaine du fantastique et du coup je me documente beaucoup dessus aussi. De toute manière je pense que tout travail d'écriture commence au moins par des recherches pour que comme tu dis "on est l'air de savoir de quoi on parle". Mon second tome se situe en partie en Ecosse donc recherches obligatoire aussi.
    Bonne soirée :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Intéressant! Tout comme moi, l'histoire de tes tomes ne se déroule pas au même endroit! Pourquoi? Tu as piqué ma curiosité! :)

      Effacer