vendredi 22 janvier 2016

Mon plan de livre

Un mal pour un bien...

Je me souviens qu’à l’école je n’aimais pas écrire un plan… Mais le plan que j’écrivais pour une composition de 2000 mots et celui que j’écris pour un livre de 85 000 mots sont bien différents…

Il paraît que ce ne sont pas tous les auteurs qui en écrivent, mais pour moi, il m’est essentiel! Si vous voulez savoir pourquoi j’en écris un… je répondrai tout simplement: « pour m’y retrouver dans l’histoire! » Mais aussi, il m’est très utile pour ne rien oublier… Sans lui, mon livre risquerait d’être tout décousu, de manquer de cohérence en raison de l’oubli de certains détails importants, ou alors il contiendrait des éléments répétitifs qui l’alourdissent… Bref, sans le plan, mon livre serait beaucoup moins de qualité et moins bon. Mais encore là, d’autres arrivent à créer de très bons livres de qualité sans plan, mais pas moi… 

Un plan malléable
Je dois dire que mon plan change tellement souvent que je préfère l’écrire à l’ordinateur… c’est plus facile d’ensuite le modifier…

Je l’écris de façon la plus complète possible avant de commencer l’écriture de mon livre. Je m’y fis ensuite tout au long de l’écriture. Par contre, je me rends compte que j’y dévie parfois et pas seulement qu’un peu! Je prends alors une tout autre direction ce qui m’oblige à changer plusieurs éléments de l’histoire… C’est normal!!! Dans mon cas, du moins… Et c’est OK comme ça!

Ce qu’il arrive, c’est qu'en écrivant mon livre, je développe mes personnages et d’autres éléments. Au fur et à mesure que l’écriture avance, ils deviennent de plus en plus définis. Et alors parfois, je réalise qu’il est seulement plus naturel pour mes personnages d’emprunter un autre chemin que celui que j’avais envisagé. Mais bien sûr, je ne pouvais pas y avoir pensé avant d’avoir écrit l’histoire jusqu’à ce point… 

Contenu global de mon plan
Il y a certainement plusieurs façons d’écrire un plan, mais voici celle que j’utilise…

Mon plan comprend souvent trois parties : une partie en ordre chronologique de l’histoire (tout le déroulement grosso modo de l'histoire et certaines parties parfois plus détaillées, dépendamment de ce qu'il me vient en tête au moment d'écrire ce plan), une partie qui comprend les éléments de base de l’intrigue (intrigue principale et intrigues secondaires), et une partie avec mes questionnements ou éléments à ne pas oublier de mentionner (souvent recueillis après la relecture des tomes précédents ou après des changements que j’y ai effectués).

Pour la partie des éléments de l’intrigue, j’aime bien écrire une question dans mon plan (par exemple, pourquoi une telle chose est-elle ainsi?) et j’y réponds… Ça me permet de m’assurer que tout au long de l’écriture, qui se fait sur plusieurs mois, je garde en tête les mêmes éléments de l’intrigue incluant tous ses précieux détails qui la rendent complexe… C’est que moi-même, je pourrais m’y perdre! Chaque question que le lecteur pourrait se poser, durant la lecture, se retrouve dans cette section. J'y ajoute également toutes celles que je me pose et qui explique la logique de mes intrigues.

Parfois, dans ce plan, j'ajoute également une quatrième section racontant une histoire parallèle qui affectera mon récit. Par exemple, dans mon tome 3, il est question d'un peuple particulier qui possède sa propre histoire. Cette histoire explique les valeurs, la culture et les agissements de ce peuple. Ces facteurs interviennent dans l'histoire de ce tome. C'est un peu comme si j'élaborais une fiche de personnage, mais pour un peuple au complet. Ça ne veut pas dire que je parlerai de leur histoire dans ce tome, mais le fait de le garder en tête me permettra de rester logique quant à l'attitude des personnages de ce peuple.

Et vous, que comprend votre plan?

2 commentaires :

  1. Je trouve qu'il est dommage, au contraire, de ne pas mentionner l'histoire de ce peuple dans ton tome!!! Cela enrichirait énormément ton récit et permettrait au lecteur de faire plus ample connaissance avec tes personnages. C'est comme quelqu'un qui parle des indiens et de leur vie quotidienne, en prenant soin de mentionner leurs légendes et leurs traditions (racontées par l'un des personnages)... :le récit prend alors une sacrée (c'est le cas de le dire!) autre dimension!!!
    Quant au plan, je fais partie de ceux qui n'en font pas ou peu (je note juste les grandes lignes sur un cahier pour ne pas les oublier).

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire!
      En fait, je n'en suis pas encore là dans l'écriture de ce tome, alors tout est donc possible. Dans mon plan, je me suis laissé une certaine liberté à ce sujet. Si je crois que ce serait mieux, pour le bien du livre, de parler de l'histoire de ce peuple, j'en parlerai.
      Je m'y perdrais sans plan, mais je sais que d'autres se débrouillent très bien! Sûrement ton cas! :)

      Effacer